12 dic. 2012

Jacques Brel, Rosa

Jacques Brel (1929-1978)
Rosa


C'est le plus vieux tango du monde /Celui que les têtes blondes /Anonnent comme une ronde /En apprenant leur latin /C'est le tango du collège /Qui prend les rêves au piège /Et dont il est sacrilège/ De ne pas sortir malin /C'est le tango des bons pères /Qui surveillent l'oeil sévère /Les Jules et les Prosper /Qui seront la France de demain Rosa rosa rosam/ Rosae rosae rosa /Rosae rosae rosas/ Rosarum rosis rosis /C'est le tango des forts en thème /Boutonneux jusqu'à l'extrême /Et qui recouvrent de laine /Leur coeur qui est déjà froid /C'est le tango des forts en rien /Qui déclinent de chagrin /Et qui seront pharmaciens /Parce que papa ne l'était pas /C'est le temps où j'étais dernier /Car ce tango rosa rosae/ J'inclinais à lui préférer /Déjà ma cousine /Rosa Rosa rosa rosam /Rosae rosae rosa /Rosae rosae rosas/ Rosarum rosis rosis /C'est le tango des promenades /Deux par seul sous les arcades /Cernés de corbeaux et d'alcades /Qui nous protégeaient des pourquoi /C'est le tango de la pluie sur la cour /Le miroir d'une flaque sans amour /Qui m'a fait comprendre un beau jour /Que je ne serai pas Vasco de Gama /Mais c'est le tango du temps béni /Où pour un baiser trop petit /Dans la clairière d'un jeudi /A rosi cousine Rosa /Rosa rosa rosam /Rosae rosae rosa /Rosae rosae rosas /Rosarum rosis rosis /C'est le tango du temps des zéros/ J'en avais tant des minces des gros /Que j'en faisais des tunnels pour /Charlot Des auréoles pour Saint François /C'est le tango des récompenses /Qui allaient à ceux qui ont de la chance /D'apprendre dès leur enfance /Tout ce qui ne leur servira pas /Mais c'est le tango que l'on regrette /Une fois que le temps s'achète/ Et que l'on s'aperçoit tout bête /Qu'il y a des épines aux Rosa /Rosa rosa rosam /Rosae rosae rosa/ Rosae rosae rosas /Rosarum rosis rosis.